Journées de l'AFREPSHA

Contraintes du domicile, contrainte à domicile
Un appel à la créativité !
 
 
Les soins sous contrainte au domicile ont été un des points les plus 
 controversés de la loi « relative aux droits et à la protection des personnes 
faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge ». 
De quelle contrainte parle-t-on ? De celle exercée par le symptôme qui s’impose 
à celui qui se débat pour rester un sujet ? De celle qui retentit sur l’entourage 
familial qui vit parfois à domicile et continuera à y vivre ? De celle exercée sur 
une communauté effrayée par la folie d’un de ses membres et qui exige des 
mesures ? De celle exercée par la loi qui transforme chaque domicile en une 
succursale de l’asile ? De celle que les soignants doivent transcender pour 
créer une relation qui permettrait une rencontre vraie qui puisse déboucher 
sur un soin psychique individuel et collectif qui ne saurait se résumer au seul 
traitement médicamenteux ?   
Les Visites A Domicile dont les premières remontant à Pinel et à Pussin, 
 partaient du temps plein hospitalier, ont-elles été transformées par la 
 contrainte ? De nombreux psychistes craignaient qu’elles ne portent 
 gravement atteinte à la  qualité de l’alliance thérapeutique, qu’en est-il ? 
 Le domicile, jusqu’à la preuve administrative du contraire, 
constitue le territoire du patient, la caverne où il peut se réfugier jusqu’à 
s’enfermer, le lieu de toutes les persécutions aussi, avec les voisins par 
exemple, l’endroit des cohabitations parfois douloureuses avec la famille 
ou le conjoint. Aller au domicile change forcément les relations avec le 
patient, avec sa famille, avec son entourage et la communauté.
Les soignants pénètrent au cœur d’un système familial, avec ses rapports 
de loyautés et les conflits qui en découlent. Les compétences dans 
l’accompagnement de leur proche, développées par les familles,  lors de 
la fréquentation au très long cours de leur proche malade déstabilise 
parfois des soignants insuffisamment formés. Comment penser cette 
rencontre ? Avec quels outils ? Les soins  doivent-ils aller au malade 
désigné, à sa famille, à la communauté ? Quelles pratiques du domicile ? 
 Quelles pratiques du lien au domicile ? 
La contrainte à domicile et du domicile ne concerne pas que les soignants, 
 le patient et sa famille ; ses amis, son voisinage, les services sociaux qui 
interviennent, les forces de police sont également parties prenantes et 
jouent une partition qui peut être productive ou contre-productive pour 
le patient. 
Quelles réactions le soin contraint à domicile suscite-t-il ? Stigmatisation, 
rejet, peur ou au contraire apaisement ? L’hospitalisation temps-plein 
n’étant plus le lieu unique de la contrainte, a-t-on investi un autre type 
de soin ?
Comment pouvons-nous rester créatifs ?
 

afrepsha@free.fr

CMCL Gap (05)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site