Monsieur Artus

Monsieur Artus

 

Catatonique, il pouvait rester de longues heures debout, immobile, impassible et roide comme un piquet.

Passe le Surveillant-Général ... qui reçoit un formidable coup de pied au cul. Il se retourne, ne voit personne, sauf M. Artus, toujours immobile et roide comme un piquet.

... L'infirmier qui avait enfermé la veille au soir, à double tour, ce Monsieur à grosses moustaches, à la voix retentissante, a été bien surpris le lendemain matin, en ouvrant les portes, de voir sortir un nègre de plus beau noir. Il y avait employé toute une grosse boîte de cirage.

... Je viens de prendre mon service -service de nuit (ceci est un souvenir de jeune débutant). Dortoir des agités, je suis seul, c'est assez calme, je suis dans l'office attenant au dortoir. Un malade réclame : " Gardien, à boire." Je lui porte une bonne gamelle de tilleul chaud, et j'en reçois le contenu plus le récipient en plein visage avec, en supplément, les vases de nuit de ses voisins les plus proches.

 

La catatonie était une des formes de schizophrénie (la schizophrénie hébéphréno-catatonique) qui était, à l'époque, extrêmement fréquente. Le patient qui en souffrait pouvait conserver de longues heures une même position. On en voit quelques exemples dans "Chock Corridor", le film de Samuel Fuller (à voir). Cette forme de schizophrénie est devenue aujourd'hui, beaucoup plus rare, on pense que c'est dû à l'effet des neuroleptiques.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site