Introduction à l'introduction

Introduction à l'introduction (Igas III)

 

L’introduction du rapport nous apprend donc que l’Igas a été mandatée une vingtaine de fois (19 en fait) pour enquêter sur les circonstances de fugues de personnes hospitalisées sans leur consentement ou sur des agressions graves effectuées ou subies par des malades mentaux pris en charge par le dispositif hospitalier de santé mentale (hôpitaux publics et privés à but non lucratif). En cinq ans, 19 enquêtes ont donc été menées, neuf en 2010 et deux en 2009, et donc si je sais compter 8 pour les années 2005-2007.

Nous ne savons évidemment pas ce qui déclenche une enquête de l’IGAS. Ces enquêtes sont-elles effectuées systématiquement à chaque accident ? Faut-il un événement d’une particulière gravité ? Nous ne le saurons pas, ce qui diminue, encore une fois, singulièrement la portée du travail.

De plus en plus précise, l’introduction nous signifie que « dans plusieurs sites, les enquêteurs ont étendu leur enquête à l’ensemble des événements indésirables du même type comptabilisé depuis plusieurs années et effectué des contrôles des établissements. » Plusieurs, c’est combien ? 3, 4, 12, ou simplement plus d’un ? Plusieurs années, c’est combien ? 3, 4, 12 ? Depuis combien d’années les événements indésirables sont-ils comptabilisés ? Précision admirable de l’IGAS. Avec un tel niveau de rigueur, nous sommes prêts à accepter toutes les recommandations et propositions émises par les rapporteurs.

« Lors de ces diverses occasions, les membres de l’Igas ont remarqué que plusieurs facteurs identiques tenant à la conception et à  l’organisation du système de soins aux malades mentaux, à la gestion ou à la mauvaise application de bonnes pratiques avaient facilité l’émergence des drames. » Est-il légitime de mélanger fugues et agressions graves. Les deux phénomènes sont-ils du même ordre ? Il existe des agressions graves sans fugues et des fugues (la très grande majorité) sans agression. Peut-on additionner ainsi des carottes et des navets ? A partir de quelle grille de lecture des événements le fait-on ?

La phrase qui suit est magnifique, lisons plutôt :

« L’inspection a souhaité tirer les enseignements de l’ensemble des missions d’enquêtes et des contrôles effectués dans les établissements de santé mentale au cours des cinq dernières années. » On passe d’une vingtaine (19) à l’ensemble des enquêtes et des contrôles. Une démarche rigoureuse aurait consisté à proposer ce qui fait conclusion comme une hypothèse que l’inspection aurait vérifié en organisant une autre enquête sur un échantillon plus large. On peut également noter au passage, que ce travail, à lire ce qui est écrit, ne correspond pas à une demande du gouvernement mais simplement à un souhait de l’Igas. Pourquoi si nul n’a rien demandé à l’Igas, n’a-t-elle pas pris le temps de vérifier son hypothèse dans des conditions qui rendraient ses conclusions inattaquables ?    

L’inspection a également demandé aux agences régionales de santé (ARS) de communiquer les enquêtes réalisées sur ce sujet depuis cinq ans. Quinze d’entre elles ont répondu. Combien y-a-t-il eu d’enquêtes, avec quelle méthodologie ? Nous ne le saurons pas.

Dans une prochaine livraison, nous verrons quel était l’objet de la mission.

 

 

D. Friard

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×